L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Coop Tonnay Boutonne - Face à la tempête, la bonne réponse, une assurance

L’homme, le produit, le territoire, tiercé gagnant. Une année avec, une année sans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Gorron, président et Olivier Melin, directeur, fiers d’avoir pu rebondir après la tempête de juin dernier.
Vincent Gorron, président et Olivier Melin, directeur, fiers d’avoir pu rebondir après la tempête de juin dernier. - © AC

Dans l’ordre ou le désordre. Créée en 1936, la coopérative de Tonnay Boutonne occupe aujourd’hui les premières places dans le département. Elle réunit 400 adhérents autour de quelques «marchés de niche» plutôt rémunérateurs pour eux. Céréales, oléagineux et élevage naturellement le triptyque de la coopérative. Les deux premiers étaient et sont commercialisés via le négoce, la Sica Atlantique ou In vivo. 117 000 t tous produits confondus pour la campagne 2012-2013 (+37 %). L’année s’y prêtait. On exporte des terminaux de Tonnay Charente pour des «caboteurs» européens. 3 à 4000 t. «Situé à proximité des silos de stockage de la coopérative, ce complexe portuaire réduit les distances de livraison et améliore le bilan CO2 de la coopérative dans sa démarche de développement durable.» On exporte pour la meunerie de la péninsule ibérique et les semouleries italiennes. Les seconds passent par l’aliment du bétail «à partir de céréales et de matières premières 100 % végétales» Avec le secteur appros, le chiffre d’affaires dépasse les 40 M€ sur cette campagne. C’est donc une année de records.

Lire la suite dans notre édition du 3 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui