L'Agriculteur Charentais 12 février 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Coopératives : Un pas de plus entre Coréa et Charentes Alliances

Les négociations ont avancé et on peut déjà mettre une date sur la fusion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Delusset.
Philippe Delusset. - © AC

Le 6 février dernier, les deux conseils d’administration des deux coopératives se sont penchés sur «les bases fondamentales du projet de convergence» pour finalement les adopter «dans leur intégralité.» Selon le communiqué commun des deux groupes coopératifs, des principes majeurs ont été retenus pour la construction du projet. C’est bel et bien de fusion dont on parle : «réalisation d’une  fusion entre égaux, en maintenant les postes et les sites administratifs.» Le «futur groupe coopératif», dixit le communiqué, insiste sur la nouvelle gouvernance : un conseil d’administration de 40 membres, un bureau de 10 membres «issus à parité des  coopératives d’origine, et représentatifs des différentes productions du territoire : céréaliers, viticulteurs, éleveurs.» Le nouveau président du conseil d’administration est Philippe Delusset, président de Coréa et l’actuel directeur de Charentes Alliance, Thierry Lafaye assumera les fonctions de directeur général. Avec à ses côtés Bernard François, actuel directeur de Coréa, comme directeur délégué.

Lire la suite de l'accord dans notre édition du 13 février.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui