L'Agriculteur Charentais 27 février 2014 à 08h00 | Par JMD

CORVIDES - Une formation pour un vrai plan de lutte

La fédération des chasseurs a mis au point une formation sur le tir de destruction des corvidés qui rencontre un franc succès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les stages proposés par la fédération affichent complet, avec 124 participants formés en février et mars.
Les stages proposés par la fédération affichent complet, avec 124 participants formés en février et mars. - © FDC 17

Développer le petit gibier va aujourd’hui de paire avec la lutte contre les espèces nuisibles. La fédération des chasseurs a lancé depuis quelques mois un plan de bataille articulé autour de trois objectifs. Le premier consiste à développer la pratique du piégeage, avec la constitution d’un réseau de référents  dont la vocation est de conseiller les piégeurs sur l’ensemble du département. 22 adhérents actifs de l’AGRP (association des piégeurs du département) vont ainsi prochainement être officiellement chargés d’assister les nouveaux piégeurs issus des formations organisées par la fédération. Un deuxième axe de travail va consister à engager un diagnostic des territoires où les ACCA et les chasses privées souhaitent développer une politique de repeuplement en faisans ou en perdrix. Constatant par ailleurs une certaine désaffection des chasseurs pour tirer les nuisibles et surtout les corneilles en période de chasse, la fédération développe depuis peu de  nouvelles formations, dont le but est d’encourager  les chasseurs  à de nouvelles pratiques printanières ou estivales, telles que le tir du renard à l’affût ou, tout récemment, le tir des corvidés à l’aide d’appelants vivants ou artificiels.

Lire la suite dans notre édition du 28 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui