L'Agriculteur Charentais 29 janvier 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Côté Coops : Les services, moyen d’optimisation coopératif

ENQUÊTE : A côté de l’appro ou de la collecte, se développe de nouveaux champs d’intervention des coopératives.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC17

Tendance certaine, les coopératives s’engagent dans les «services», mot tiroir qui va des logiciels traitant de plans de fumure au passage de drones sur les champs, de l’instruction des dossiers administratifs à la mise en perspective ou l’audit environnemental de l’exploitation. La gamme s’étend d’années en années. Pourquoi les coopératives s’engagent-elles dans ces nouvelles propositions à leurs adhérents ? «C’est au-delà de ce que pratiquent les techniciens conseil de la coopérative» assure Laurent Sacré, en charge du dossier des services nouveaux à Terre Atlantique : «nous mettons cela hors produits.»  Selon lui, c’est une continuité dans le conseil aux agriculteurs, mais «beaucoup plus pointue.» Pour Thierry Lafaille, directeur général de Charentes Alliance, c’est surtout «une volonté majeure» de développement de ce type de services innovants à l’échelle de l’exploitation dans une approche globale. On passe donc des «solutions produits» proposées par les coopératives aux «services», «créateurs de valeur ajoutée.» Complètement dans la stratégie des coopératives, face aux enjeux des exploitations, ces services entrent dans la recherche de l’optimisation des techniques ou des matériels, mais aussi du pilotage des risques.  Thierry Lafaille parle d’approche globale, passant par des consultants d’exploitations, mais inscrits dans la proximité. Les sites appros ou collecte sont peu distants. C’est le «service historique.» Ensuite, le directeur général veut jouer les binômes : un technicien conseil et un responsable dépôt. 250 personnes pour Charente Alliance. Il ajoute tous les événements de type technique : deux plateformes vignes, une pop-corn et des essais, les assemblées de section. Un millier d’agriculteurs «utilisent ce service.»

Lire notre enquête sur les services en agriculture, dans les pages spéciale, avec un portrait d'un meunier coopératif, de la coop de St Pierre de Juillers, de la difficulté de mettre en place le compte pénibilité dans les coops, des projets de cumistes, de la mutualisation coopérative des intrants, du système agri-confiance dans notre édition du 30 janvier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui