L'Agriculteur Charentais 26 mai 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Créati viti : Les pratiques culturales bio en avant

Au programme de ce salon : présentation des essais réalisés sur place, ainsi que des démonstrations de désherbage mécanique et d’outils de travail du sol.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Présentation d’outil de désherbage mécanique des vignes enherbées.
Présentation d’outil de désherbage mécanique des vignes enherbées. - © AC

la journée technique de la station viticole le 28 avril à l’occasion de laquelle l’interprofession a mis en avant la viticulture durable, on peut dire que le salon technique Creati Viti grandes cultures tombe à pic ! “On sent que les choses bougent même si cela ne se fera pas du jour au lendemain”, a expliqué à ce propos Pascal Rousteau, de l’Earl J’y Crois, et nouveau président de Vitibio, qui regrette toutefois que les maisons de cognac ne valorisent pas les eaux-de-vie  des fournisseurs aux pratiques culturales biologiques. La première édition de Créati Viti s’est déroulée en septembre 2014 au lycée agricole Renaudin à Jonzac. Cette fois-ci, le salon a fait escale à Breville sur une parcelle de vignes et de grandes cultures en bio de l’Earl J’y Crois de Pascal et Agnès Rousteau. Les organisateurs et le principal financeur, l’agence de l’eau Adour Garonne, ont choisi un secteur situé sur l’aire d’alimentation des captages prioritaires de Coulonge et Saint Hippolyte, particulièrement sensible en matière de qualité de l’eau.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui