L'Agriculteur Charentais 25 février 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Crédit agricole : Financer d’abord l’économie locale

Les «bons» chiffres ne font pas oublier sa présence dans un secteur en crise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Louis Tercinier, président de la caisse régionale, Jean-Guillaume Ménès, directeur.
Louis Tercinier, président de la caisse régionale, Jean-Guillaume Ménès, directeur. - © AC

Lorsque Jean-Guillaume Ménès égrène les bons chiffres de la caisse de Crédit agricole, il n’en oublie pas le paragraphe sur un secteur en difficultés : l’agriculture. La banque verte est toujours «partenaire» de ce monde-là, «surtout en temps de crise» souligne Louis Tercinier, même si la majorité de ses parts de marché se situe «ailleurs», dans un monde plus urbain, hors agriculture. N’empêche que Jean-Guillaume Ménès reste sceptique sur des «solutions de sortie de crise.» La tâche d’huile pourrait aussi toucher les céréaliers. Pour les productions animales, l’absence de revenus pénalise les trésoreries «alors que les investissements de mises aux normes ne sont pas encore amortis», poursuite Louis Tercinier, président de la caisse régionale. Depuis juillet 2015, 500 exploitations ont été accompagnées «avec des mesures personnalisées pour les aider les agriculteurs à passer ce cap difficile».

Lire la suite dans notre édition papier du 19 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui