L'Agriculteur Charentais 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Crédit Agricole : Nouveau look des agences

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Rien à voir. Rien à voir avec la «classique» agence. C’est tout transformé. Pas une rénovation juste des meubles ou des couleurs. C’est bien plus que cela : c’est pensé différemment, impactant ainsi les conditions de travail des personnels bancaires et d’approche plus conviviale des clients. Outre la forme, davantage dans la «circulation» que dans le statique, c’est le fond qui est changé. Des distributeurs à l’entrée, c’était déjà le cas depuis quelques années. Une «banque» comptoir individuel et un personnel pour aiguiller, tablettes en main, pour faire signer électroniquement les documents. Plus de bureaux dédiés, des sas où ceux de permanence renseignent, informent, complètent les dossiers. Plus de personnels attitrés, des spécialistes en «fond d’agence» ou même ailleurs dans une autre agence ou au siège. On pourra toujours s’entretenir avec eux en vidéo-conférence. «C’est un tout nouveau concept» débute Jean-Guillaume Ménès, le directeur général de la caisse régionale du Crédit agricole, «novateur.» Pour réaliser ces «nouvelles agences» puisque toutes seront construites sur le modèle de l’avenue Gallieni à La Rochelle, on a fait appel à un architecte, Christian de Bergh, directeur de l’agence de design Dragon rouge. Selon lui, «il s’agissait d’inventer une nouvelle façon de travailler avant de créer un nouvel aménagement des agences.» Juste à l’arrière de l’accueil, le «studio», des «plateaux», plateformes des personnels et téléphoniques, où on échange infos, approche des clients, résolutions des dossiers. Personne n’a de bureau attitré, tout simplement un «placard dédié.» De nouvelles méthodes de travail qui induisent l’ergonomie de l’agence. Comme les «wagons» petits bureaux ouverts pour recevoir les clients où l'on privilégie le côte à côte plutôt que le face-à-face. Selon le directeur général, «après le changement des horaires, nous avons entrepris de rénover tout le réseau des agences. 25 M€. Il nous fallait mettre en valeur les femmes et les hommes qui sont et font les agences. C’est cela qui fait la différence dans la concurrence.» Un changement qui «revient sur des fondamentaux» analyse-t-il, «nous accentuons ainsi l’auto-apprentissage, la concertation dans les partages d’informations et de savoir.» Du coup le management est plus «participatif et communautaire» qui «génère une performance importante.» Des ruptures «loin d’être neutres» que les innovations techniques viennent compléter : tablettes (1100) pour signer électroniquement les opérations bancaires et présenter les offres au client et scanner de chèques. «Le collectif en agence apporte la réponse. Une fois obtenue, elle est immédiatement transmise entre les personnels. Cela enrichit le collectif.» D’autant qu’au Crédit agricole, pas d’objectif individuel, mais collectif.En projet, le wifi dans l’agence, une appli pour les smartphones. «Avant on venait en agence pour retirer de l’argent, maintenant on veut apporter information et conseils.» Les portes-feuilles attitrés existent toujours. Prochaine agence à être rénovée : Saint Jean d’Angély.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui