L'Agriculteur Charentais 03 mars 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Crédit agricole : Réponses bancaires à la crise

Comment le Crédit agricole perçoit-il la crise agricole actuelle et y répond.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Frédéric Bienvenu-Dellac
Frédéric Bienvenu-Dellac - © AC

La crise agricole est bien présente, tangible. Elle se traduit dans les trésoreries et la gestion. Frédéric Bienvenu-Dellac a en charge les professionnels agricoles à la caisse de Crédit agricole Charente-Maritime Deux Sèvres.  Selon lui, 130 exploitations sont dans «le rouge» et sont traitées comme telles par le Crédit agricole. «Nous avons plusieurs manières de détecter les cas difficiles»  débute-t-il, «par des événements bancaires : retard prêt ou bien dépassement des lignes de trésorerie ou consommation des lignes à 100%.» Premiers signaux qui alertent la banque verte. «Pour être proactifs, nous faisons régulièrement des analyses filières  par des extractions d’éléments comptables tels que l’endettement (annuité /EBE), la fragilité du haut de bilan (FP/total bilan) ou l’évolution des dettes fournisseurs. C’est véritable le baromètre de la santé financière  d’une exploitation.»

Lire les explications supplémentaires dans notre édition du 26 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).