L'Agriculteur Charentais 12 janvier 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Crédit agricole : Un nouveau départ

Le siège saintais a déménagé. Les bâtiments, saintais eux-aussi, restent, mais leur vocation est toute autre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Signature du protocole : 5 MEUR sur la table, des locaux, une cité entrepreneuriale toute bâtie et l'aval de l'Etat.
Signature du protocole : 5 MEUR sur la table, des locaux, une cité entrepreneuriale toute bâtie et l'aval de l'Etat. - © AC

Le départ du siège du Crédit agricole avait suscité en son temps quelques remous autour de Saintes. 250 personnes partaient. Alors que l'installation à Lagord, dans la banlieue rochelaise, est effective depuis septembre, la caisse régionale marquait le coup, en signant, fin décembre un protocole avec la CdA de Saintes et la ville. Il ne s'agit pas d'une «compensation», comme le soulignait le directeur général, Jean-Guillaume Ménès, mais une «nouvelle orientation» donnée aux bâtiments de l'avenue Guillet Maillet : un centre d'affaires entrepreneurial, des locaux pour la CCI. «Sur ce site reste une centaine de personnes dont 60 de la plate-forme téléphonique ainsi que les personnels opérant dans la gestion du patrimoine, de l'assurance et aussi les équipes ayant trait aux professionnels. Tout le monde n'est pas parti.» La CCI, première installée, gestionnaire des salles de formation et de la restauration, sera rejointe par d'autres entreprises dans ces prochaines semaines. «A l'horizon 2018, l'objectif est, de nouveau, de remplir les bâtiments» ajoute Jean-Guillaume Ménès, «les choses vont se faire progressivement.»

Lire la suite dans notre édition papier du 6 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui