L'Agriculteur Charentais 05 décembre 2013 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Crédit mutuel - Un portage bancaire du foncier pour ne pas plomber les premières années

L’achat de terre est un boulet que les entreprises agricoles naissantes traînent des années durant, bloquant les décollages économiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Servant (Chambre d’agriculture), Thomas Diemer (JA), Alexandre Arnaud (Safer) et Alain Simon, conférencier.
Luc Servant (Chambre d’agriculture), Thomas Diemer (JA), Alexandre Arnaud (Safer) et Alain Simon, conférencier. - © AC

Ya-t-il une actualité pour parler de l’accès au foncier ? Pas vraiment, vu que le sujet est récurrent depuis des décennies. Régulièrement, il convient de «reposer» la problématique en espérant des voies de sortie des dilemmes dans lesquels s’enfonce, d’années en années, l’agriculture française : agrandissement exponentiel des exploitations, intransmissibilité, capitaux nécessaires importants obérant les chances de décollage des exploitations naissantes, non renouvellement des générations, etc. Et la table ronde qu’organisait le Crédit Mutuel Océan sur le sujet n’aurait eu que la redondance du discours s’il n’avait pas été là que pour amener «la» proposition novatrice que fait cette banque sur le marché du foncier dans une offre de financement.

Lire le dispositif complet dans notre édition du 6 décembre

Jeunes agriculteurs
Contre le gaspillage des terres agricoles
En mai dernier, à Jonzac, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Saintonge ont mené une action symbolique  pour protester contre le gaspillage du foncier agricole.Une culture de maïs avait été mise en place sur une parcelle de près de 4 ha appartenant à la commune de Jonzac ; 17,5 t de maïs à 34% d’humidité ont été récoltées jeudi dernier. L’opération étant reconduite pour la campagne agricole à venir, les JA se sont retrouvés le lendemain après-midi pour implanter une culture de blé sur la parcelle.Ce fut l’occasion pour eux de rappeler à l’opinion publique l’enjeu de la perte du foncier agricole. L’agriculture française perd l’équivalent d’un département tous les 7 ans. Face à ce constat la préservation du foncier est un sujet prioritaire pour assurer le renouvellement des générations en agriculture. «A travers cette action, les jeunes agriculteurs de Haute-Saintonge souhaitent dénoncer le blocage des terres en attente de construction urbaine.» C’était le cas de cette parcelle appartenant à la commune de Jonzac et les JA se félicitent de ce partenariat avec la ville.Les JA en ont profité pour remercier ceux qui les ont accompagnés dans cette opération, la coopérative Charentes Alliance, l’Etablissement Palissier, Renaud Didier, Hermouet et  la société Soufflet dans la fourniture de semences, de produits phytosanitaires, de fioul et d’engrais. Les bénéfices dégagés par cette opération seront reversés à la banque alimentaire et aux restos du cœur. Les JA leur remettront à la mi-décembre les chèques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui