L'Agriculteur Charentais 11 août 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Crise agricole : Une situation «catastrophique»

La conjoncture met à mal les entreprises agricoles du département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Constat négatif de Julien Rouger, Luc Servant et François Avrard .
Constat négatif de Julien Rouger, Luc Servant et François Avrard . - © AC

«Il y a un an, nous étions sur le Pont d’Oléron, depuis la situation s’est détérioré» a expliqué Luc Servant, lors d’une conférence de presse, le 28 juillet. Les récoltes de céréales ne sont pas bonnes. Pour le blé tendre, une baisse moyenne de 10 % du rendement combiné à un prix d’acompte 25 € plus faible qu’en 2015, c’est 250 € par ha de chiffre d’affaires en moins, soit 20 à 30000 € de moins pour une exploitation moyenne de grandes cultures. Les maïs et tournesol ne s’annoncent pas mieux. Alors la profession agricole tire la sonnette d’alarme. «Quand on sait qu’en grandes cultures, il y avait déjà environ 1/3 des exploitations charentaises-maritimes, qui étaient en déficit et 1/3 tout juste à l’équilibre, la situation est très critique !» a complété, soucieux, François Avrard, Président de la FNSEA17.

Lire la suite dans l'édition papier du 5 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).