L'Agriculteur Charentais 06 avril 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Critt Agro-alimentaire : A La Rochelle s’inventent les produits de demain

Les industriels peuvent tester leurs produits dans des ateliers de la CdA et mis à leur disposition.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Boiron : «l’agroalimentaire travaille sur les sujets d’innovation et même est leader sur la valorisation de co-produits et de l’économie circulaire.»
Philippe Boiron : «l’agroalimentaire travaille sur les sujets d’innovation et même est leader sur la valorisation de co-produits et de l’économie circulaire.» - © AC

La structure est opérationnelle en avril prochain. Le principe en est simple : des ateliers où les PME-PMI agro-alimentaires viennent «tester» leurs produits, nouveaux ou perfectibles. Modulables les ateliers sont à leur disposition. Jouxtant ces laboratoires de recherche un showroom où des équipementiers viennent réaliser in situ des démonstrations à l’intention des IAA, par thème ou par matériels. Le tout dans un bâtiment neuf de la CdA de La Rochelle, TestIn que le Critt agro-alimentaire Nouvelle Aquitaine chapeaute. Selon Philippe Boiron, directeur du Critt, TestIn, opérationnel en les prochains jours, représente «un développement de notre métier, qui dans le transfert de technologies agro-alimentaires, s’appuie sur de l’interface entre PME-PMI et leurs fournisseurs équipementiers.»

Lire la suite dans notre édition papier du 31 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui