L'Agriculteur Charentais 10 décembre 2015 à 08h00 | Par Elodie Tourton

Culture : Estimez la quantité d’azote absorbé par le colza avant l’hiver

Le colza a entamé sa phase de «repos végétatif». Il convient d’évaluer, à l’échelle parcel-laire, la quantité d’azote déjà absorbé par la culture avant les éventuels épisodes de gel hivernal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il est recommandé d’évaluer la biomasse avant l’hiver (1ère quinzaine de décembre) puis en fin d’hiver vers la fin janvier- début février
Il est recommandé d’évaluer la biomasse avant l’hiver (1ère quinzaine de décembre) puis en fin d’hiver vers la fin janvier- début février - © Terres Inovia

Si certains prévisionnistes ont déjà prophétisé un hiver 2016 plus rude que la normale, d’autres préfèrent ne pas s’avancer, arguant que la météorologie n’est pas une science exacte. Une chose est sûre : l’été indien a bien profité au colza. Malgré un épisode plus frais à la mi-octobre, leur développement est satisfaisant puisqu’ils ont tous atteint le stade rosette. La douceur automnale a permis une bonne croissance donnant aujourd’hui des biomasses souvent supérieures  à celles mesurées habituellement. En attendant de savoir si l’hiver sera rigoureux, il convient de rappeler quelques règles utiles pour la gestion de la fertilisation à venir.

Lire la suite dans l'édition papier du 11 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui