L'Agriculteur Charentais 12 novembre 2015 à 08h00 | Par Pauline Garaude

Culture spécialisée : Le bio : le nouvel avenir du tabac français

La filière a vécu cinq années noires depuis la suppression des aides européennes en 2010. La production de tabac bio démarrée représente un véritable espoir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pauline Garaude

En 1950, ils étaient 105 000 producteurs de tabac sur 28 000 hectares répartis sur 55 départements. En 2011, ils n'étaient plus que 3 100 exploitants sur 6 750 hectares pour une production annuelle de 18 500 tonnes. Et aujourd'hui, le nombre de tabacultivateurs a encore chuté de 70 % (1 100 producteurs), la surface de moitié (3 580 hectares), tout comme la production (9 200 tonnes dont 5 800 de Virginie et 3 400 de Burley). Une chute vertigineuse, même si la France maintient son 5è rang européen derrière l'Italie (50 000 tonnes).

Lire la suite dans notre édition papier du 13 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.