L'Agriculteur Charentais 15 juin 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Cultures : Pas d’eau, puis du froid et du chaud…

Les conditions climatiques ont marqué cette campagne qui s’achève, impactant l’état des cultures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Semis et désherbage, possible et démontré lors de la journée technique de Terre Atlantique, le 31 mai.
Semis et désherbage, possible et démontré lors de la journée technique de Terre Atlantique, le 31 mai. - © AC

Il y a toujours des scrupules à prévoir, même avec un mois d’avance, ce que donneront les cultures. On veut toujours anticiper. Mais aujourd’hui, les techniciens, les conseillers coopératifs et les ingénieurs des instituts ont appris la prudence et ne s’aventurent qu’à dire les épisodes culturaux passés, les mois et les semaines précédents et ne se risquent qu’à quelques maigres conjectures. «Les cultures ont souffert» commentent-ils d’emblée. Comme si la sécheresse du printemps, les épisodes de gel d’avril, les coups de chaleur de mai étaient majoritairement incidents et que les prochains jours n’étaient pas décisifs. Tel un Thierry Corre de Terre Atlantique qui fait la moue lorsqu’on l’interroge sur la situation : «c’est moyen…» lâche-t-il avant que d’étayer son argumentation de détails constatés dans les cultures.

Lire la suite dans notre édition papier du 9 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.