L'Agriculteur Charentais 23 mars 2017 à 08h00 | Par Alexandre Melingeas

Cuma : Anticiper l’avenir et s’adapter

Contribuer à l’évolution du métier d’agriculteur pour produire autrement et mieux vivre demain ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VC

«Est-ce qu’on peut arrêter de broyer du noir en agriculture ?» C’est la question fondamentale posée par Jean-Yves Verhaegen, le président de la Cuma des Charentes, à l’occasion de l’assemblée générale qui a eu lieu le 9 mars à Merpins. C’est de manière positive que la fédération a voulu répondre à cette question lancinante au travers d’ateliers illustrés de témoignages d’agriculteurs qui tente de produire ou de transmettre leurs exploitations autrement. Après le bilan positif de  Mécasol le 22 septembre à Aunac-Chenommet, qu’imaginer en 2017. «Il faut  anticiper sur le devenir de nos Cuma et notre fédération», a dit Jean-Yves Verhaegen. «Vieillissement de la population agricole ou l’instabilité grandissante des marchés montrent un secteur en pleine mutation.» Dans ce contexte, Il faut réfléchir au rôle que peut jouer les Cuma dans ces bouleversements pour préparer l’avenir. «La Cuma est le prolongement de l’exploitation».
Un assez large aperçu de ces nouvelles manières d’améliorer ses revenus ou d’assurer la transmission ou la succession de son exploitation a été dévoilé l’après-midi lors des ateliers.

Lire la suite dans notre édition papier du 17 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui