L'Agriculteur Charentais 10 juillet 2014 à 08h00 | Par Maxime Pommeraud

Cuma : L’activité épandage se renforce avec du nouveau matériel

Innov17 collabore avec une Cuma de la Haute Vienne pour l’activité épandage. Du matériel a été acheté en inter-Cuma afin d’être encore plus réactif sur trois départements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Du nouveau matériel d’épandage pour mieux répondre à la demande sur la Charente Maritime, la Charente et la Haute Vienne.
Du nouveau matériel d’épandage pour mieux répondre à la demande sur la Charente Maritime, la Charente et la Haute Vienne. - © R Sanson

Après avoir eu une baisse d’activité épandage en 2012 et en 2013 le conseil d’administration de la Cuma à décider de revendre le matériel de cette activité (Tracteur JD 8320R + Tonne Samson de 25m3). «Cette baisse d’activité s’explique par des adhérents qui ont stoppé tout simplement leur activité lait, notamment en raison de la crise laitière, puis à une forte concurrence.» explique-t-on à la Cuma.
Travailler avec la Cuma de l’Or NoirAprès la vente du matériel en juin 2013, une partie des adhérents souhaitaient encore profiter du service apporté par la Cuma en terme de qualité d’épandage (rampe pendillard, DPAE….). Ses adhérents motivés représentent à eux seul 25 000 m3/an. (Pour rappel, le volume effectué en 2010- 2011 était supérieure à 45 000 m3/ an). Afin de ne pas laisser tomber les «adhérents-épandage», le Conseil d’administration a décidé de faire intervenir la Cuma de L’Or Noir (Haute Vienne, 87) en inter Cuma. Elle possède la même type d’ensemble que celui de la Cuma Innov’17, mais avec une capacité moindre :  20 m3 et une rampe de 18 m de large (contre 25m3 et 24 m). Cette dernière a épandu plus  de 20 000 m3 d’effluent liquide sur le territoire des Charentes de août à octobre 2013.

Lire la suite dans notre édition du 11 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui