L'Agriculteur Charentais 17 septembre 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Dans le sillage de Saint Ex

Trois rochelais vont rallier La Rochelle à Saint Louis du Sénégal, via Toulouse sur les traces des pionniers de l’aviation postale. Et porter haut le logo de l’Agriculteur Charentais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrice Bailly, Céline Lajoux et Jean-Paul Lajoux.
Patrice Bailly, Céline Lajoux et Jean-Paul Lajoux. - © Christine Bailly

Traverser les terres, les survoler, rallier deux points en avion, depuis les débuts de l’aéropostale, la trajectoire est connue. Des pilotes, aux noms célèbres, furent tour à tour pionniers de ces lignes, défricheurs de survol, familiarisés avec les météos capricieuses, le choc des cultures des populations à terre, impliqués dans la solidarité des aviateurs et de leurs mécaniciens. Faire Toulouse-Dakar aujourd’hui peut sembler dérisoire, à l’heure des supersoniques et des Airbus ou autres Boeing. Pourtant c’est ce que s’apprêtent à faire  à la fin de la semaine prochaine, trois rochelais dans un «rallye» à bord du Spirit of La Rochelle, le piper arrow IV, un monomoteur avec déjà 3000 h de vol au compteur, propriété de David Caron, un autre rochelais. Ils participent au Air Aventures. Quinze jours dans les airs entre France et Sénégal, en passant par l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie. Rien à voir avec un Paris-Dakar, fait d’exploits. Le grand départ de Toulouse, c’est le 26 septembre prochain. 10 000 kms à survoler dont la moitié au-dessus du désert. Des espaces «inconnus» à cette hauteur de vol. Même pour les deux pilotes de ligne, Céline Lajoux, 33 ans sur Airbus A 320, ancienne d’une école de commerce, Jean-Paul Lajoux, 60 ans sur Boeing 747. «Ils ont l’aviation dans le sang…»Jean Macaigne, co-équipier de De Saint Exupéry écrivait : «l’aventure alors était monnaie courante, mais nous ne sentions guère le dense volume, toujours en puissance : chaque départ entraînait son lourd cortège d’imprévus.» Rien de tout cela pour ce rallye 2015, tout au plus la «ligne» tracée sur les cartes, quasi-identique à celle de la fameuse aéropostale. Et à regarder, les pistes ensablées d’antan de Cap Juby où selon Paul Nubade (un ex de chez Latécoère) «l’atterrissage dans le bled était toujours aléatoire», la comparaison avec les pistes goudronnées qui vont jalonner le parcours est impossible. Mais ce n’est pas la prouesse qu’ils cherchent, bien au contraire. «Nous allons voler à vue, comme le veut le règlement» assure Patrice Bailly, instructeur-pilote à l’aéroclub de La Rochelle, troisième acolyte du Spirit of La Rochelle. «Pas question de faire un vol aux instruments»Cette aventure, née d’une amitié de pilotes, a nécessité des sponsors (dont L’Agriculteur Charentais*), quelques journées de briefing, «Cette route fait rêver tout pilote depuis sa première en 1925» souligne Patrice Bailly : «Toulouse, Alicante, Tanger, Essaoura, Cap Juby, Laayoune, Dakhla, Nouadhibou, Saint Louis, Dakar.  Des étapes entre 500 et 700 kms. «Comme à l’époque… beaucoup de courriers et beaucoup de pétrole.» Le rallye se fera aussi humanitaire, avec une trentaine de kilos dans chaque avion, de produits d’hygiène, des médicaments, des jouets, des lunettes, des matériels médicaux. Créé en 1983, ce rallye est le plus grand rallye aérien régulier au monde regroupe une quinzaine d’avions. «Durant la traversée s’étalant sur cinq pays, les pilotes participent à diverses épreuves de navigation aérienne et de connaissances historiques.» Un côté amical et convivial qui les a séduits. «L’intérêt de ce rallye est de sortir un peu du contexte habituel, refaire ce qu’on fait les anciens, voir la difficulté de voler bas, comme eux le faisaient, retracer l’histoire» souligne Patrice Bailly.  De Saint Exupéry, Mermoz, Reine «seront là», comme des anges accompagnateurs. «Ce n’est pas une course pour éviter les accidents. C’est un rallye sans notion de vitesse. Les plus rapides partiront les premiers. Le palmarès se fera sur la régularité des durées de vol déclarées, des plans de vol, sur la gestion du carburant au litre près, des repères en photos» explique Patrice Bailly. Les points d’atterrissage sont donnés par les organisateurs, la route est à l’appréciation des pilotes. Céline Lajoux veut «découvrir une autre Afrique» et «rentrer de ce rallye, aviatrice.» Elle a déjà plus de 4 300 h de vol à son actif. Son père, 14 000 et Patrice Bailly, 6 000h. Un monde « à découvrir » qu’ils ont hâte de survoler. «Atterrir sur la plage de sable de Cap Juby ne sera pas sans émotion…» une aventure, calculée, riche en passé les attend. Bernard Aumailley*Les autres sponsors du Spirit of La Rochelle sont le groupe Ledoux de Périgny, Sensio gestion privée de St Maur les fossés, Harry’s boutique à La Rochelle et le GAEC Parpaix à Marsilly.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).