L'Agriculteur Charentais 22 décembre 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

De la diversité des porte-greffes

La journée technique du 7 décembre à l’institut de formation de Richemont a porté sur les portes-greffes.Un travail a été réalisé sur le site de Saint-Trojan à l’Île-d’Oleron.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sébastien Julliard, directeur du Conservatoire du vignoble charentais a travaillé sur une ancienne pépinières de vignes américaines sur l’île d’Oléron.
Sébastien Julliard, directeur du Conservatoire du vignoble charentais a travaillé sur une ancienne pépinières de vignes américaines sur l’île d’Oléron. - © VC

La 10e journée technique du Conservatoire du vignoble charentais a traité du thème des porte-greffes et de leur diversité à explorer. Pourquoi développer ce sujet ?

Sébastien Julliard : C’est un thème que l’on travaille au conservatoire, pas spécialement sur de l’expérimentation mais sur de la conservation et de la sauvegarde d’accessions. On a déjà en collection 32 porte-greffes différents. Il y a ceux de Jean-Louis Vidal qu’on a gardé en serre et d’autres. On intensifie cet aspect sauvegarde. Par ailleurs, c’est un sujet qui nous semble pas suffisamment traité. C’est important, notamment dans le cadre du changement climatique où les problèmes d’alimentation hydrique sont importants comme on a pu le voir cette année. D’autre part, chez nous, nous sommes sur une exigence de porte-greffes résistants au calcaire et vigoureux. L’offre n’est pas énorme en termes de variétés. On en a 4 ou 5 qui peuvent correspondre.

Lire la suite dans notre édition papier du 16 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui