L'Agriculteur Charentais 23 avril 2015 à 08h00 | Par Catherine Longueville

“De plus en plus tourné vers le conseil”

Christian Bourdeau, Président de Bovins Croissance Sèvres Vendée

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VA

Comment évolue le nombre d’adhésion ?
Nous avons gagné 39 adhérents. Sur la Vendée, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime, nous accompagnons 848 éleveurs.  Nous pouvons donc être satisfaits, car la conjoncture malmène le revenu des éleveurs allaitants qui pourraient décider de ne plus prendre ce service. 

Quels nouveaux conseils  avez-vous proposé aux adhérents en 2014 ?
Nous avons une demande de jeunes éleveurs, notamment, qui cherchent un conseil de plus en plus pointu. Nous avons des techniciens référents dans des domaines de conseils bien précis sur lesquels leurs collègues peuvent s’appuyer : cela va de l’alimentation, à la reproduction, au parasitisme, choix des reproducteurs…. En 2015, nous renforcerons notre offre technico-économique pour permettre aux éleveurs de mieux maîtriser leurs coûts de production.  Notre organisme chargé de la collecte de données, notamment avec la pesée et le pointage des veaux, évolue aujourd’hui vers du conseil. Les éleveurs attendent également de nous que les techniciens aient une vue globale de l’exploitation pour le conseiller sur ses choix, son évolution du système de production,…. 

L’agrandissement de la taille des troupeaux modifie-t-elle votre offre de conseils ?
On voit que dans ces cheptels de taille importante, les éleveurs s’équipent de bascules pour faire la pesée eux-mêmes. Bovins croissance de ce fait s’orientera plus vers l’analyse des données. Cette évolution est aussi intéressante pour les techniciens. Elle leur permet de passer de plus en plus de temps à échanger, répondre aux préoccupations des éleveurs, ce qui est plus valorisant que de faire de la pesée.  

En matière de génétique et de conduite d’élevage, sur quels programmes Bovins croissance travaille ?
Nous sommes partenaires de l’Organisme de sélection charolais pour le programme Degeram.  Il s’agit d’une collecte d’informations dans les élevages autour du vêlage et de mesurer les ouvertures pelviennes des génisses avant la mise à la reproduction. A terme, les éleveurs pourront mieux sélectionner les génisses de renouvellement.  

Quels sont vos projets pour 2015 ?
Nous sommes en veille sur les dossiers qui sont discutés à la région et au niveau national. La nouvelle directive zootechnique européenne qui doit s’appliquer en 2017 fait partie de nos préoccupations. Nous sommes également impliqués dans l’animation d’un programme régional, Eco-Génomique 2015/2017,  avec les Bovins croissance des Pays de la Loire, la chambre d’agriculture régionale, l’Institut de l’élevage, les organismes de sélection et les entreprises de sélection à l’élaboration d’un guide de recommandation de l’utilisation du test génomique national qui devrait être commercialisé prochainement. La possibilité de génotyper des animaux va certainement faire évoluer nos méthodes de sélection, encore faudra-t-il utiliser ces tests à bon escient !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui