L'Agriculteur Charentais 03 avril 2014 à 10h48 | Par Thierry Michel

Démographie - Ralentissement de la baisse du nombre de non-salariés agricoles

La MSA vient de publier ses statistiques concernant le nombre de chefs d’exploitation et d’entreprise agricole affiliés. Photographie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La baisse du nombre d’exploitants et chefs d’entreprise agricole semble enrayée. Mais le vieillissement de cette population se poursuit.
La baisse du nombre d’exploitants et chefs d’entreprise agricole semble enrayée. Mais le vieillissement de cette population se poursuit. - © L’Agriculteur Normand/Vincent Motin

C’est un peu l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide : version plutôt pessimiste, on enregistre au 1er janvier 2013 une nouvelle baisse du nombre d’affiliés des chefs d’exploitation et d’entreprise agricole au régime MSA ; version optimiste, cette baisse ralentit. «Le nombre de chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole en France métropolitaine s’élève au 1er janvier 2013 à 478 692, en baisse de 1,1 par rapport au 1er janvier 2012. Cette baisse est similaire à celle enregistrée l’année précédente (- 1,1 ), et s’inscrit dans la tendance au ralentissement de la baisse démographique du nombre de chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole observée depuis 2005» écrit précisément la MSA lors de la publication de ces chiffres le 30 janvier 2014.Autre léger motif de satisfaction, en 2013, les MSA ont enregistré 16 964 entrées de chef d’exploitation ou d’entreprise dans le régime des non-salariés agricoles pour 22 087 sorties, soit un taux de remplacement des départs de 77 , légèrement supérieur à celui de 2012 (76 ).

Vieillissement
La baisse démographique touche l’ensemble des secteurs d’activité traditionnelle de l’agriculture, hormis la polyculture-élevage, qui reste stable. Les effectifs de chefs d’exploitation diminuent de - 0,6 pour le secteur céréalier et de -2,1 dans le secteur laitier. À l’inverse, le nombre de chefs en centre équestre continue de croître (+ 3 ) et celui des paysagistes se stabilise.L’âge moyen des chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole ne cesse de progresser. Il est passé à 48,4 ans en 2013 contre 48 ans l’année précédente. L’âge moyen des hommes s’établit à 47,5 ans et celui des femmes est de 51,2 ans. «La population des femmes chefs présente un âge moyen élevé car beaucoup d’entre elles ont succédé à leur époux quand ce dernier est parti à la retraite» précise la MSA. Cependant, l’âge moyen des femmes chefs progresse moins vite que celui des chefs masculins par la concomitance de deux phénomènes : la réforme des retraites 2010 oblige les exploitants à cesser leur activité plus tard ; corrélativement, les transferts entre époux se font moins fréquents que par le passé.

Concentration
La MSA constate également que le «statut de collaborateur d’exploitation périclite». Au 1er janvier 2013, la population des «collaborateurs d’exploitation», généralement des conjoints actifs sur l’exploitation, est constituée de 38 800 personnes. Elle est en baisse de - 5,9 par rapport à l’année 2012. Ce taux est quasi identique à celui observé au cours des trois années précédentes.Par ailleurs, trois activités agricoles concentrent 55 des chefs d’exploitation ou d’entreprise. En 2013, 101 000 chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole exercent leur activité dans le secteur «élevage bovins-lait et mixtes» (21,1 des chefs). Viennent ensuite les secteurs «cultures céréalières et industrielles (82 900 individus, soit 17,3 des chefs) et élevages de viande» (79 400 personnes, soit 16,6 des chefs).La superficie moyenne par exploitant continue de croître et l’ensemble des chefs d’exploitation agricole mettent en valeur 23,8 millions d’hectares en 2013, soit - 0,5 par rapport à l’an passé. La superficie moyenne par exploitant progresse toujours : 53,7 hectares en moyenne par exploitant en 2013 contre 53,4 hectares en 2012 et 52,1 hectares en 2011.

Lire la suite dans notre édition du 4 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui