L'Agriculteur Charentais 02 avril 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Dernière station avant la régionalisation

Réforme territoriale, accords transatlantiques, Sdage étaient le plat de résistance de la Chambre régionale d’agriculture, lundi à La Rochelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon Frank Michel, les négociations du TAFTA recèlent encore beaucoup de zones d’ombre, dans une frénésie des Américains de négocier avec toutes les parties du monde.
Selon Frank Michel, les négociations du TAFTA recèlent encore beaucoup de zones d’ombre, dans une frénésie des Américains de négocier avec toutes les parties du monde. - © ac

La chose est maintenant entendue : au premier janvier prochain, il n’y aura plus qu’une seule chambre régionale pour la grande région Limousin, Aquitaine, Poitou Charentes. C’est ainsi que l’Etat le conçoit et accélère le rythme. En octobre prochain, réunions des trois chambres régionales et constitution du bureau de la nouvelle entité. Les élus consulaires picto-charentais vivaient donc leurs dernières heures «régionales», lundi à La Rochelle. Les trois présidents des chambres régionales actuelles devraient déjà se rencontrer à la mi-avril pour «affiner les calages.» La répartition des 60 sièges n’est pas encore définitive. Les Chambres régionales des régions périphériques pourraient perdre un certain nombre de leurs prérogatives au profit des nouvelles structures mais le service de proximité avec les agriculteurs restera pleinement assuré par les Chambres départementales d’agriculture. Elles veilleront par ailleurs à renforcer leurs influences dans les intercommunalités où les agriculteurs sont peu représentés. Donc les chambres départementales demeurent. Il y en aura 12. Reste que dans la «problématique», les élus consulaires s’interrogent sur la pertinence d’une telle structure, sur les niveaux d’intervention et de concertation. Débat que les chambres départementales avaient aussi ouvert la semaine dernière. 

A quelle sauce serons-nous mangés ?
Treize nouvelles régions… treize territoires très variés. Dans les graphiques, nombreux présentés lors de cette session de la chambre régionale, la «grande Région», Limousin Aquitaine Poitou Charentes fait 84 000 km2 et environ 2,5 M d’habitants. Mais comme le soulignait Luc Servant, Bordeaux équivaut à la population du Poitou Charentes. Au cours de la présentation, l’interrogation sur le «centre de gravité» de la nouvelle région s’est de nouveau posée. Même si la valeur ajoutée agricole de cette région se situe à 5 milliards d’euros, le Sud français représente la moitié de la production hexagonale.

Lire la suite dans notre édition du 3 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui