L'Agriculteur Charentais 24 août 2017 à 08h00 | Par MSA

Des aides complémentaires MSA adaptées aux besoins des familles

L'action sanitaire et sociale de la MSA des Charentes propose une offre de prestations complémentaires aux familles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des aides complémentaires pour le jeune enfant, les études, mais aussi pour les loisirs ou la formation BAFA.
Des aides complémentaires pour le jeune enfant, les études, mais aussi pour les loisirs ou la formation BAFA. - © CCMSA

La MSA gère l'ensemble des prestations légales concernant l'enfance et la famille des salariés et des exploitants agricoles : Prestations Familiales, Allocation de Rentrée Scolaire, Allocation Logement, rSa, Allocation Adulte Handicap... Elle propose également des actions et dispositifs relevant de l'action sanitaire et sociale avec une offre de prestations complémentaires soumises à conditions de ressources.

Garde d'enfants
En fonction du mode d'accueil choisi (structures collectives ou accueil individuel), la MSA propose des solutions pour aider à financer la garde des enfants de moins de 6 ans. La PSU (Prestation de Service Unique) finance différentes formules de garde adaptées aux modes de vie des familles. L'aide est versée directement à la structure d'accueil ayant passé une convention avec la MSA, pour permettre aux familles de bénéficier des mêmes tarifs que celles du régime général.
La prestation d'accueil du jeune enfant scolarisé concerne le financement de l'accueil périscolaire, directement versée aux structures conventionnées avec la MSA.

Lire la suite dans notre édition papier du 25 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.