L'Agriculteur Charentais 06 octobre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Des "bouts de vigne" formateurs

Une après midi à Thors parmi un groupe de viticulteurs de Courcerac pour "apprendre" de leur vignoble.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les conseillers viticoles de la Chambre d’agriculture collaborent depuis de nombreuses  années avec des groupes de viticulteurs. “Je m’occupe de quatre groupes qui sont dans la lutte raisonnée. Par l’observation au vignoble et les informations apportées, les viticulteurs sont formés pour mieux mettre en œuvre la lutte  phytosanitaire et ainsi adapter leurs pratiques au contexte agro-climatique de l’année. 7 à 8 réunions sont organisées dans l’année» précise Laetitia Caillaud, conseillère viticole à la Chambre d’agriculture. Ses collègues de la Chambre s’occupent aussi de quatre autres groupes de viticulteurs. Justement, ce lundi 19 septembre, à quelques jours du début des vendanges, le groupe de Courcerac a été invité à une réunion «Bouts de vigne»  à Thors, chez Stéphane Arnaud. En ce début d’après midi, une dizaine de viticulteurs vient avec quelques bouteilles remplies de jus des baies de raisin. Cette rencontre se déroule en deux temps. D’abord, Valérie Baumann, œnologue à la Chambre d’agriculture réalise les contrôles maturité (mesure du TAV potentiel et acidité totale) sur tous les échantillons apportés. «Cela permet d’évaluer la qualité de la vendange, de suivre l’état sanitaire et de déterminer la date optimale de récolte. Les échantillons donnent une idée de ce qui se passe sur la parcelle. Chacun repart avec une image de son vignoble» explique l’œnologue. La maturité du raisin est la condition nécessaire pour la réussite d’un vin d’où l’importance de ces contrôles.

lire la suite du reportage dans notre édition papier du 30 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.