L'Agriculteur Charentais 23 juillet 2015 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Des fourrages grossiers dans la recherche de l’autonomie alimentaire

Amélioration du coût de production tout en maintenant les performances animales et en ajustant le fourrage en quantité et en qualité selon les besoins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’alteroche/réussir

La sécurisation des revenus dans un troupeau allaitant passe très souvent par la recherche de la plus grande autonomie possible. Elle ne doit cependant pas se faire au détriment des performances animales. Le premier point est de limiter le nombre d’animaux improductifs, d’ajuster au mieux les rations en trouvant un équilibre entre performance et coût. Enfin il est nécessaire de donner une priorité aux fourrages grossiers en quantité et de qualité en adéquation avec les besoins des animaux. L’objectif est d’économiser des concentrés même produits sur l’exploitation.La recherche d’autonomie, notamment en concentrés, a toujours été d’actualité mais elle est exacerbée en raison de la mondialisation des cours des matières premières très fluctuants et du renchérissement de certaines denrées.


Lire la suite dans l'édition du 24 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).