L'Agriculteur Charentais 02 novembre 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Des porcs élevés dans les bois et vendus en circuit court

A Vibrac, chez Jérémie Pelette, les porcs sont élevés en plein air, dans les bois.Un élevage placé sous le signe de la qualité. Pour le plus grand plaisir de ses clients.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jérémie Pelette élève ses porcs en plein air, dans les bois.
Jérémie Pelette élève ses porcs en plein air, dans les bois. - © AC

Ses premiers porcs, Jérémie Pelette les a eus à 16 ans, «j'en avais 6. C'était pour m'amuser». Depuis, le nombre a sérieusement augmenté, puisqu'il élève 600 à 700 cochons par an,  de race Large White et Piétrain, en plein air, dans les bois, de Vibrac, sur 10 ha et 2 ha de prés. Il a fait le choix de cet animal, au cours de ses études. «Suite à mon BTS ACSE à l'Oisellerie, j'ai préparé une spécialisation en élevage porcin. Pour la vente directe, suite à un séjour au Pays Basque, j'ai eu le déclic» raconte l'éleveur. Voilà maintenant 11 ans qu'il est installé.

Lire l'ensemble du dossier porcs  dans notre édition papier du 3 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).