L'Agriculteur Charentais 21 décembre 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Des serres uniques en Europe aux procédés novateurs

Producteur de plants maraîchers pour les professionnels, Arc’At Plants profite du soleil de Saint Sulpice de Royan et de… l’ensemble d’autres cultures maraîchères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

«C’est superbe.» Le commentaire vient d’un connaisseur : Jean-Louis Frot. Et en matière de serres, il s’y connaît pour en avoir construit un bon nombre à Rochefort et pour avoir inventé des portages financiers innovants. Il est vrai que les 24 000 m2 de serres blanches à Saint Sulpice de Royan ont de quoi séduire. Construites en bordure des zones commerciales royannaises, elles ont été conçues pour permettre à la société franco-néerlandaise Arc’At Plants son expansion. Voilà une décennie que cette société s’est faite la spécialité de produire des plants maraîchers «chauds» et «froids.» Les premiers sont les choux brocolis, choux-fleurs, choux cabus, les céleris, les courgettes et les potirons. Les seconds sont les tomates, les concombres, les melons, les piments, les poivrons et les cornichons.

Lire la suite dans notre édition du 22 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).