L'Agriculteur Charentais 25 octobre 2018 à 14h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Des vendanges prometteuses malgré de fortes disparités

Une année contrastée pour les viticulteurs. D’un côté des rendements et un degré élevé, de l’autre les dégâts du climat et des maladies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Patrick Cronenberger

Les vendanges se sont achevées et chacun s’attelle à faire le bilan d’une année difficile marquée par les aléas climatiques et le mildiou. Même si les indicateurs semblent au vert, ils cachent une forte disparité entre les viticulteurs.

Rendement prometteur
Joseph Stoll, ingénieur à la station viticole du BNIC, indique qu’il est un peu tôt pour un point complet mais une tendance s’affirme déjà : «L’état sanitaire de la récolte est très bon. La pourriture est excessivement absente. Les acidités sont faibles, ce qui posera la question de la conservation», résume-t-il.
Le rendement devrait être à la hauteur des estimations. «On s’en tient à celles publiées, avec une récolte autour de 110 hectolitres par hectare. Nos indicateurs nous ramènent à ce niveau. C’est une très bonne surprise. Nous avons assez peu de retours de viticulteurs touchés par la grêle et le mildiou, mais la situation peut être hypercontrastée selon les exploitations. Les bons rendements des uns compensent les difficultés des autres. Nous sommes sur un rendement moyen de 107 hectolitres par hectare sur la période 2007-2017, on serait donc sur une année au-dessus de la moyenne avec une très forte dispersion», synthétise Joseph Stoll.

 

Retrouvez ce premier bilan des vendanges 2018 dans notre édition papier du 26 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui