L'Agriculteur Charentais 29 septembre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Des vidéos dans les abattoirs

Abattoirs Mardi 20 septembre, la commission d’enquête a examiné puis adopté le rapport d’enquête.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

C’était en mars dernier, après les révélations d’un groupe sur des agissements dans les abattoirs, où la maltraitance des animaux était pointée, on créait une commission d’enquête à l’assemblée nationale. Connaître ce qui se passe dans les abattoirs, quelles étaient les pratiques et entendre les acteurs de cette filière était l’objet de la commission.  Suivaient deux commissions d’audit-inspection du ministère dans 263 abattoirs, pour étayer la série, longue, des entretiens de la commission présidée par le Charentais-Maritime Olivier Falorni. «Il fallait de faire la lumière sur les boîtes noires que constituent les 941 abattoirs de boucherie et de volaille en France, en étant le plus exhaustifs rigoureux et objectifs possible» a expliqué Oliver Falorni. Mardi la commission remettait son rapport qui sera public que le 27 septembre prochain. Les 30 députés de la commission d’enquête ont ainsi auditionné près d’une centaine de personnes dans l’objectif d’entendre l’ensemble des acteurs impliqués dans l’abattage des animaux. Elle s’est également déplacée à quatre reprises de façon inopinée dans les abattoirs, notamment celui de Surgères, «afin de constater sur place les conditions de fonctionnement et d’abattage des animaux.» La commission a fait «la lumière sur des dysfonctionnements souvent mineurs, parfois majeurs.» Dysfonctionnements auxquels la commission estime qu’il est indispensable de remédier.

 

lire la suite dans notre édition papier du 23 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui