L'Agriculteur Charentais 21 mai 2015 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

Désherbage des céréales :La diversité des méthodes fera demain l’efficacité

L’agence Ouest du groupe Bayer a invité des techniciens des OPA, ainsi que des agriculteurs, à faire un tour d’horizon des stratégies de désherbage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le contrôle des adventices : la grande problématique des producteurs de céréales, confrontés à l’arrivée de résistances, sur le ray-grass et le vulpin notamment, à la pression des graminées en constant développement, et devant diminuer les doses apportées. Pour réussir leur désherbage, ils doivent de plus en plus recourir à une combinaison de méthodes. «Le nombre de molécules disponibles sur le marché a été réduit de moitié ces dernières années pour passer à 300. La possibilité de trouver de nouvelles formulations herbicides dans ce contexte est limitée», confie Pascal Goffard, ingénieur Agriculture durable pour Bayer.Pas de nouveau mode d’action prévu avant 7 à 8 ans ont répété les différents intervenants pendant la réunion technique de l’agence Ouest de Bayer. Le groupe pharmaceutique est quand même parvenu à proposer des nouveautés, à partir de molécules existantes, comme la formulation «Tech Plus» (commercialisée pour la campagne 2016) «qui apporte une efficacité supplémentaire», souligne Vincent Marchal, directeur de l’agence Ouest de Bayer, pour maîtriser entre autres la présence de vulpins.Mais, ajoute Pascal Goffard,  aujourd’hui, les solutions herbicides sont un des éléments dans la conception du système de gestion des adventices». «L’agronomie, la rotation, le travail du sol sont aussi à prendre en compte.»Des pratiques qu’il faudra aussi utilisées pour venir à bout du ray-grass et du vulpin présent dans les parcelles de blé tendre de la région.
Lire la suite dans notre édition du 22 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui