L'Agriculteur Charentais 22 août 2013 à 10h46 | Par l'Agriculteur Charentais

Directive nitrates - Aux agriculteurs de jouer

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En 2010, la France a été mise en contentieux par la Commission qui estime que la Directive nitrates n’est pas assez contraignante dans notre pays. Pour répondre aux griefs de l’Europe, la France a dû s’engager dans une vaste réforme de la Directive nitrates. Cette réforme remplace les programmes d’actions départementaux par un programme d’actions national qui fixe le socle réglementaire national commun, complété par des programmes d’actions régionaux qui visent uniquement à renforcer les mesures du programme d’actions national. Avant publication et application, les projets d’arrêtés sont soumis à l’avis des citoyens lors d’une consultation publique, qui a lieu actuellement : tous les Français peuvent ainsi s’exprimer sur le sujet de la Directive nitrates à cette occasion. Actuellement, c’est l’arrêté modifiant l’arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d’actions national, qui est en consultation publique. Vu du côté agricole, le projet d’arrêté relatif au programme d’actions national de la directive nitrates «représente un véritable frein au développement de nos productions agricoles.» Le prochain pourrait rajouter de nouvelles contraintes à la directive nitrates actuelle, sans pour autant contribuer à une meilleure qualité de l’eau. Pourquoi donner son avis. A l’appel de la FNSEA 17, les agriculteurs sont invités à s’exprimer. «La participation du plus grand nombre permettra de montrer aux ministères l’implication de la profession sur ces sujets et les problèmes rencontrés sur le terrain face à des réglementations descendantes, ne tenant pas compte des réalités et contextes locaux.  Si la profession agricole ne se mobilise pas sur une réglementation qui l’impacte autant, d’autres le feront à sa place !» La FNSEA s'oppose à ce projet d'arrêté : «il ne prend pas en compte les efforts réalisés par la profession depuis des années.» La FNSEA, JA et COOP de France feront bien évidement une réponse au national et au niveau de chaque fédération, mais chaque agriculteur et acteur du monde agricole doit aussi se mobiliser «pour montrer une détermination commune.» Vous pouvez répondre en allant sur le site internet de la consultation publique du ministère de l’écologie ou en copiant l’adresse du lien suivante : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr. La consulttaion est ouverte jusqu’au 10 septembre. Après avoir rédigé votre réponse dans l’espace dédié, n’oubliez pas de cliquer sur «valider votre réponse».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui