L'Agriculteur Charentais 23 janvier 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Directive Nitrates - Colère noire pour les 300 manifestants

Lundi, près de 300 agriculteurs ont répondu présents, à l’appel de la FNSEA 17. La réunion régionale de concertation avec l’Etat de mardi, était attendue.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Avard, président de la FNSEA17, Philippe Moinard, président de la FNSEA Poitou-Charentes et Jean-Jacques Gaucher, président de la commission environnement à la FNSEA17.
François Avard, président de la FNSEA17, Philippe Moinard, président de la FNSEA Poitou-Charentes et Jean-Jacques Gaucher, président de la commission environnement à la FNSEA17. - © AC

Lundi matin, une trentaine de tracteurs avec des tonnes à lisier et des remorques chargées de paille et autre lisier ont roulé dans les rues de Rochefort pour se rendre à la sous-préfecture, suite à l’appel à la mobilisation de François Avrard, président de la FNSEA 17. 300 agriculteurs venant du Poitou-Charentes ont fait part de leur mécontentement suite aux propositions du 5ème programme de la Directive nitrates (lire précédente édition). A l’image du président de la FNSEA 86, Denis Bergeron et Eric Dion, secrétaire général adjoint du syndicat et éleveur de porc, à Aslonnes : «nous venons soutenir nos collègues. On se demande si un jour, la Vienne ne va pas passer en zone Ouest comme Rochefort.» soulignent les deux hommes.

Lire la suite dans notre édition du 24 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui