L'Agriculteur Charentais 06 novembre 2014 à 08h00 | Par FDC17

Dites le avec des fleurs : Les couverts environnement et faune sauvage

Bandes enherbées ou fleuries, haies, jachères, intercultures, bords de chemins : Des réalisations indispensables tant aux chasseurs qu’aux agriculteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sur le terrain, chasseurs et agriculteurs dialoguent.
Sur le terrain, chasseurs et agriculteurs dialoguent. - © FDC17

Les cultures intensives réalisées bien souvent sur de grandes, voire de très grandes superficies ne présentent qu’un intérêt très relatif vis-à-vis de la faune sauvage et sont  parfois à l’origine de l’apparition de déserts cynégétiques. Les causes de ce constat sont multiples, elles touchent autant au milieu réglementaire, qu’aux pratiques agricoles et à la couverture végétale des sols dans son impact sur leur enrichissement, que sur l’apport nutritif mis à la disposition de la faune sauvage. Cet apport est bien sûr d’origine végétale, mais il trouve également sa source dans la présence d’une population d’insectes nombreuse et variée.Particulièrement sensibilisée à cet aspect des choses, en raison de sa volonté de réintroduire le petit gibier de plaine sur les territoires du département, la Fédération des chasseurs de Charente-Maritime a organisé le 28 octobre dernier une «journée formation couverts environnement faune sauvage». Une trentaine de participants chasseurs et agriculteurs a pu échanger avec les représentants de la DDTM, de la CORAB, de la FDC voisine des Deux-Sèvres, de FLOR’INSECTES, etc.

Lire la suite dans notre édition du 7 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui