L'Agriculteur Charentais 05 mai 2016 à 09h00 | Par Fabien Thomas

Diversification : Les bonnes questions à se poser

Une démarche étape par étape.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA17

Avant de se lancer et de créer un atelier de diversification sur son exploitation, il est important de faire un point sur ses envies et ses savoirs-faire. Ces activités doivent être menées avec le plus grand professionnalisme : se diversifier c'est adopter des comportements très fortement orientés vers les attentes (objectives ou subjectives parfois) du client. Pour vous aider dans vos réflexions, voici quelques
bonnes questions à se poser.

Faire un bilan de l'existant
- Quelles sont mes envies : travailler avec d'autres personnes ? Valoriser un lieu ou un bâtiment ? Produire des aliments de qualité ? Créer de l'emploi et du lien social ?

- Quels sont mes besoins : installer un proche ? Dégager un revenu complémentaire ? Se constituer une retraite (gîte) ?

Lire la suite dans la page chambre du 29 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.