L'Agriculteur Charentais 01 septembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Pérés

Document unique : Une question de conscience !

L’élaboration du document unique d’évaluation des risques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Atelier - source d'accidents sur les exploitations.
Atelier - source d'accidents sur les exploitations. - © C. Archenault

Il s’agit d’une obligation parfois méconnue des agriculteurs employeurs de main d’œuvre, des chefs d’entreprise, qui revêt pourtant une importance majeure, puisqu’elle intéresse la santé et la sécurité des salariés. Dès lors que l’on met la santé des gens en péril, il faut s’en occuper. Avant d’être une contrainte réglementaire, le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP) a pour vocation première de protéger la santé et de veiller à la sécurité des salariés.

Prendre des risques, c’est s’exposer à un danger
Les accidents du travail ne sont pas dus uniquement au hasard et à la fatalité. Le DUERP est un outil qui permet de réduire les risques inhérents à une exploitation. Il s’agit d’évaluer et d’analyser dans le détail les différents risques pour la santé et la sécurité des travailleurs présents sur le site. Cette évaluation s’applique aux choix des équipements de travail, aux choix des procédés d’application des substances chimiques, à l’aménagement des lieux de travail et à la définition des postes de travail.

Lire la suite dans notre édition du 26 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).