L'Agriculteur Charentais 12 décembre 2014 à 08h00 | Par GR

Dominique Barrau : Une cause n’est jamais perdue d’avance

Le secrétaire général de la Fnsea retrouvait mardi les élus de la Fnsea Poitou-Charentes et des JA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les présidents départementaux de la Fnsea et de JA Poitou-Charentes le 9 décembre à Niort : Patrick Soury, (Charente), Denis Bergeron, (Vienne), François Avrard, (Charente-Maritime), Dominique Barrau, secrétaire général de la Fnsea, Philippe Moinard, président de la Fnsea Poitou-Charentes, Alain Chabauty, (Deux-Sèvres), Guillaume Mandin, (JA Poitou-Charentes).
Les présidents départementaux de la Fnsea et de JA Poitou-Charentes le 9 décembre à Niort : Patrick Soury, (Charente), Denis Bergeron, (Vienne), François Avrard, (Charente-Maritime), Dominique Barrau, secrétaire général de la Fnsea, Philippe Moinard, président de la Fnsea Poitou-Charentes, Alain Chabauty, (Deux-Sèvres), Guillaume Mandin, (JA Poitou-Charentes). - © Agri79

La tournée des secrétaires généraux de la Fnsea dans les départements ou les régions est toujours un événement dans la sphère syndicale. La venue de l’Aveyronnais Dominique Barrau en Poitou-Charentes n’a pas échappé à la règle. Même si faire un tour d’horizon de l’actualité  en ce moment relève un peu de la gageure tant le monde agricole se sent abandonné des pouvoirs publics. Mais ce n’est pas dans les habitudes de Dominique Barrau de baisser les bras. Il est de ceux pour qui une cause n’est jamais perdue d’avance, comme le compte pénibilité, par exemple : «inapplicable», assurait-il. «Nous continuons à travailler dessus pour qu’il soit repoussé», poursuivait-ilLa réforme territoriale ? «Nous allons nous adapter», assure-t-il. Mais auparavant le réseau aura travaillé dans deux directions : «plus que jamais syndicats locaux et départementaux  ne devront pas perdre de vue la proximité avec nos adhérents et les agriculteurs». Plus généralement, expliquait-il, «là où il y a un niveau de décision, nos représentants doivent être présents».Ces principes valent aussi bien pour la nouvelle grande région, avec l’Aquitaine et le Limousin, dans laquelle se retrouvera Poitou-Charentes que pour les communautés de communes. Sans perdre de vue que «chaque département devra réfléchir à s’adapter aux bassins de vie des agriculteurs». Le tout devrait être formalisé lors du congrès 2016 de la structure nationale. Mais Dominique Barrau insiste aussi pour que la représentation régionale ne soit pas seulement celle du nombre d’habitants. «Il faut un critère de territoires», martelait-il, «afin de ne pas tomber dans le travers des découpages autour de problématiques plus urbaines que rurales de la configuration actuelle».

Lire la suite dans notre édiion du 12 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
1 Mhl
C’est le chiffre des ventes des vins de France. A 9 mois de la campagne 2017/18, toutes couleurs confondues, les volumes de ventes cumulées sont supérieurs à ceux de la campagne antérieure, en Vin De France (SIG) (+ 26 %) et en vins IGP (+ 5 %). Toutefois, les données issues des contrats d’achat continuent de faire apparaître un certain ralentissement des transactions à mettre en relation avec la faiblesse des disponibilités globales.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui