L'Agriculteur Charentais 31 août 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Dominique Bussereau : Après les devoirs de vacances, la rentrée

Il trace sur le papier les dossiers à faire, à étudier, à finaliser. Petites déconvenues, espoirs et inquiétudes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

L’homme dégagé de ses obligations parlementaires avait envie de parler : des dossiers qu’il a sur son bureau, de l’actualité nationale, de son lien avec les juppéistes… Les dossiers sont nombreux : des bonnes nouvelles, des choses qui coincent toujours, ceux qu’il faut remettre sur le tapis, booster ou patienter. Alors si le 25 septembre prochain, les deux conseils départementaux de Charente et Charente Maritime, on va se félicitait d’avance de concert sur le tourisme et concrétiser sur les transports ferrés transversaux. Transports (on ne se ferait pas) qui mobilisent encore l’attention du président du Conseil départemental. S’il se satisfait la Région Nouvelle Aquitaine ait décidé de participer pour un quart au capital du syndicat mixte des aéroports (La Rochelle et Rochefort), il tique lorsque la SNCF «traîne» sur le dossier de l’électrification de l’étoile de Saintes ou la circulation à plus grande vitesse sur les portions sans passage à niveau, financées par le Département. «Sur ce sujet la SNCF ne tient pas ses engagements. Et nous ne sommes pas contents.»

Lire la suite dans notre édition papier du 1er septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.