L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par NDD

Droit rural : La vente directe, une définition encore en construction

Les juristes se sont posés la question de la qualification juridique de la vente directe. Si la vente directe n’avait pas encore une définition exacte, quelques réponses de droit avaient déjà été apportées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Souvent l’agriculteur est devenu le vendeur.
Souvent l’agriculteur est devenu le vendeur. - © JC GUTNER

Fruits, légumes, œufs, lait, fromages et miel sont les principaux achats effectués en vente directe. «La première des caractéristiques sociologiques de la vente directe est la relation de confiance», commente Christine Lebel, maître de conférence en droit privé à l’université de Franche-Comté lors de sa présentation au congrès de l’Association française de droit rural (AFDR) qui se tenait à Nantes les 10 et 11 octobre. Si la notion de vente directe n’a pas été qualifiée juridiquement jusqu’à présent, déjà 21 % des exploitants agricoles vendaient en circuit court en 2010. Un chiffre qui doit être en augmentation quatre ans après. «Circuit court signifie qu’un agriculteur vend un produit, soit directement au consommateur soit avec un intermédiaire», explique Christine Lebel. Dans ce cadre de vente, il existe bien un contrat, un producteur, un consommateur, une vente et une proximité géographique. Selon la juriste, la finalité du circuit court réside dans la vente de produits locaux, la valorisation du terroir, la qualité nutritionnelle, etc. La juriste définit donc la vente directe de la façon suivante: «C’est un contrat par lequel un producteur vend directement, ou par l’intermédiaire d’une seule personne physique ou morale, sa production ou des produits agroalimentaires élaborés majoritairement à partir de sa production agricole à un utilisateur, finalement le plus souvent un consommateur».

Lire la suite dans notre édition du 31 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui