L'Agriculteur Charentais 15 juin 2017 à 08h00 | Par Valentin Pommier

Eau : La concertation comme solution ?

Les projets de territoires de gestion quantitative de l’eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lecture d'un profil de sols par un spécialiste – Source CA17
Lecture d'un profil de sols par un spécialiste – Source CA17 - © crédit CA17

Dans les bassins versants affectés par un déficit structurel de l'eau, le projet de territoire de gestion quantitative de l'eau permet aux acteurs locaux de s'engager collectivement au service d'une gestion de la ressource équilibrée, durable et globale. Le projet de territoire vise le retour à l'équilibre quantitatif de la ressource et la diminution de l'impact environnemental des prélèvements.
L’objectif étant d’atteindre les volumes prélevables définis par l’Etat en 2011. Sur certains bassins, le volume prélevable défini est supérieur aux volumes historiquement consommés. Sur d’autres, ce volume prélevable est nettement inférieur aux volumes historiquement consommés.
Afin de compenser cette baisse de volume attribué, un panel d’action est proposé dont la création de réserves de substitution. Seules les réserves de substitution qui s’inscriront dans le cadre d’un projet de territoire pourront être éligibles à une aide de l’agence de l’Eau. Les actions proposées bénéficient en majorité de financements supplémentaires.

Lire la suite dans notre édition papier du 9 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.