L'Agriculteur Charentais 31 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Eau : Le syndicat mixte… enfin

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis le temps que l’on affichait son avènement, il était devenu l’Arlésienne. Pourtant la dernière session du Conseil général, avant sa refonte des compétences, a voté l’émergence d’un syndicat mixte de l’eau. Longtemps réclamé par l’opposition départementale, notamment les Radicaux, suivis par la «majorité de progrès», faire passer sous la houlette publique les projets de réserves de substitution fut laborieux. «Le Département soucieux de la protection des ressources en eau mais également du maintien d’une activité agricole a toujours aidé la création des réserves de substitution et de réalimentation dans les marais.» En juin 2012, les conseillers généraux étaient d’accord pour constituer ce syndicat mixte. Etait rédigée une première mouture des statuts, que les associations d’irrigants et la Chambre d’agriculture ont amendés, à force de discussion avec le Conseil général. En juillet dernier, ces statuts étaient approuvés. De leur côté les ASA ont adapté leurs propres statuts afin de pouvoir transférer la compétence «création et gestion des réserves» au syndicat mixte des réserves de substitution. Depuis hier, 1er janvier, le syndicat est créé par arrêté préfectoral.

Lire la suite dans notre édition du 2 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui