L'Agriculteur Charentais 24 novembre 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Ecophyto 2 : Des agriculteurs seraient livrés à eux-mêmes

A l’APCA, des élus et des experts soulignent le décalage entre les objectifs affichés et les solutions alternatives disponibles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La mise en œuvre du programme Ecophyto 2 exige la mobilisation des services des chambres d’Agriculture et, des organismes de recherche appliquée et fondamentale.
La mise en œuvre du programme Ecophyto 2 exige la mobilisation des services des chambres d’Agriculture et, des organismes de recherche appliquée et fondamentale. - © AC

Le 8 novembre dernier, l’Apca a organisé un séminaire intitulé «Ecophyto 2 : de l’expérimentation à la pratique» axé sur la mise en œuvre du second programme de baisse de 50 % de l’emploi de produits phytosanitaires d’ici 2025, lancé cette année. Introduit par Dominique Potier, député de Meurthe et Moselle et agriculteur, cet après-midi d’échanges et d’analyses entre agriculteurs et représentants de l’Inra, de la FNE et de la coopération agricole, a été animé par Didier Marteau, président de la commission agronomie-environnement de l’Apca. «Malgré ses résultats décevants, Ecophyto 1 a engagé irréversiblement la profession agricole vers la réduction de la consommation de produits phytosanitaires. Et avec Ecophyto 2 (un programme issu du travail législatif conduit par Dominique Potier - ndlr), on est passé à la vitesse supérieure», a déclaré Guy Vasseur, président de l’Apca.

Lire la suite dans notre édition papier du 18 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.