L'Agriculteur Charentais 31 octobre 2013 à 08h00 | Par Agra

Ecotaxe - Tous soulagés par la suspension de l’écotaxe

Le Premier ministre sursoit à la taxe après une concertation avec les élus bretons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

La suspension de l’application de l’écotaxe poids lourd, annoncée par le premier ministre Jean-Marc Ayrault le 29 octobre a soulagé les agriculteurs représentés par la FNSEA et Jeunes agriculteurs. Le président de la FNSEA, Xavier Beulin a estimé avoir «été entendu. Nous demandions un ajournement, et non pas une suppression», a déclaré le président de la FNSEA. Pour lui, ce report se justifie par un environnement économique et conjoncturel «extrêmement difficile» pour le secteur agricole et agroalimentaire. À cela s'ajoute, selon lui, «une vraie difficulté d'application» de ce dispositif car «il pourrait conduire au paiement de la taxe cinq ou six fois durant le cycle de production d'un même produit.» Cependant, «nous sommes conscients qu'il y a besoin aujourd'hui d'avoir quelques ressources pour l'entretien des réseaux routiers et pour développer des modes de transport alternatifs, mais rediscutons sur le fond du dispositif» estime Xavier Beulin qui demande à faire partie du nouveau «round» de discussion sur le sujet. Dans un communiqué commun, les deux organisations considèrent que «ce premier pas du gouvernement devrait permettre de reprendre le dialogue et de réunir l’ensemble des acteurs concernés autour de la table.»

Lire la suite dans notre édition du 1er novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui