L'Agriculteur Charentais 15 janvier 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Elections à la MSA : «Nous avons encore plein de choses à réaliser»

Les adhérents sont appelés à élire jusqu’au 27 janvier leurs délégués pour la MSA des Charentes. Patrick Couillaud, son actuel président, dresse le bilan de la mandature.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © MSA

Patrick Couillaud, président de la caisse de MSA des Charentes, naturellement se mobilise pour «réussir ces élections.» Phase explicative des modes de vote tout autant que de la «spécificité» de ce régime d’assurance sociale, guichet unique, opérant dans un tissu diffus. Sans fanfaronner les «réussites», il met en avant le pari réussi, même s’il fut imposé, de la fusion et la relègue «maintenant» à une «histoire passée» «digérée» : «nous sommes Charentais avec un s. Cela a permis d’accélérer les processus d’uniformisation.» La marche commune des deux Charentes est un «acquis.» La culture de l’entreprise MSA des Charentes est établie. «Le personnel a relevé ce défi, après la mobilisation des élus. Sans eux, il n’y aurait pas de MSA des Charentes. C’est une réussite à 100 %.» Nouvel élan pour eux ? «Ils avaient besoin de l’impulsion suffisante donnée par les élus, partagée par l’équipe de direction.» Aujourd’hui, où l’on sollicite le vote des adhérents, le rôle des élus est mis en exergue : «nous avons su trouver la place moteur des comités d’agences, composés d’élus.» Il regrette de ne pas être allé assez loin : «je suis toujours étonné par ce dynamisme, germé et mené à terme durant 5 ans. Mais ne nous cachons pas : nous n’avons pas été en capacité de mobiliser tous les élus. Il nous faut les associer sur des missions concrètes, notamment la prévention, ou la santé-prévention au travail, œuvrer avec les maisons familiales, les lycées, les installés, les acteurs locaux. Il faut faire mieux dans le prochain mandat.» Une feuille de route qu’il met en avant. Il envisage que dès le mois de février les «nouveaux» élus puissent «découvrir» la caisse lors de demi-journées. Bien avant la phase élective du conseil d’administration du 20 mars. 

«On ne pourra pas aller plus loin…»
Sur la mission de service public, «on ne peut pas parler de vitesse de croisière» dit-il, même si la métaphore du capitaine qui maintient le cap à la barre le séduit. Mais il prédit du «gros temps» :  en dépit des réductions de personnel, nous avons su répondre à cette obligation. Et plutôt bien. Même si c’est perfectible. Attention quand même à la prochaine COG, les élus alerteront sur la qualité de ces missions. On commence à rogner dans cette qualité. Nous avons atteint la limite de la compression ! L’élastique est tendu. «Nous ne pourrons pas aller plus loin que ce que nous avons fait sur 5 ans !» Message moultes fois émis par Patrick Couillaud «y compris à Paris» : «il sera d’autant plus entendu si la participation se fait au-delà des 40 % à ce vote.» L’offre de services à la MSA des Charentes s’est, selon lui, confortée durant ce quinquennat : aide à domicile, Mutualia, formation, portage des repas. «Si nous sommes demain dans l’incapacité d’assurer le service public, cela mettra à mal l’offre de services.» Rien n’est acquis dans cette offre-là. L’exemple d’Aider17 en 2014 est édifiant : alliance pour perdurer. «Nous devons rechercher à voir comment nous sommes plus performants en travaillant avec d’autres.» L’expertise auprès des publics ruraux est reconnue. «Mais rien n’est acquis… Il faut peu de chose pour disparaître du paysage.»

Lire la suite dans notre édition du 16 janvier

Voeux

A la veille de du renouvellement des élus MSA, les vœux de la caisse, mardi à Saintes, constituer une petite alerte» aux votants. Leur vote est important. Endeuillés par la disparition de Jean-Michel Croq, médecin au contrôle médical, ces vœux ont été l’occasion pour Edgard Cloerac de dire que les résultats de l’entreprise étaient bons» mais surtout de réaffirmer «l’importance de l’humain, du collectif, des partenariats.» Tant au téléphone, qu’à l’accueil, «le sens du contact» des personnels l’impressionne «même avec des publics de plus en plus difficiles» où se multiplient les incivilités. Il a appelé à la cohésion à tous les niveaux. Il a annoncé l’installation d’une plateforme de 12 personnes à Angoulême pour Mutualia et les regroupements sur le site angoumoisin de la MSA, du RSI et de la Carsat. Le projet architectural du nouveau siège à Angoulême sera décidé en juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
134,60 ME
Au 10 juillet, la consommation des crédits de l’enveloppe 2015/16 du programme français de l’OCM vitivinicole atteint 134,6 ME d’euros, dont : 64,6 M€ pour la restructuration et la reconversion du vignoble ; 43 M€ pour les investissements des entreprises ; 23,4 M€ pour la promotion sur les marchés des pays tiers et 3,6 M€ pour les prestations viniques.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui