L'Agriculteur Charentais 21 novembre 2013 à 08h00 | Par C. Delisle

Elevage cause nationale - Développement et perspectives des capteurs

Certaines technologies offrent des solutions aux éleveurs. Cependant, des défis restent à relever.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Source : Inst. de l’élevage - Infographie Réussir

«Depuis le début des années 2000, les automatismes et les capteurs sont en pleine expansion. Ils représentent des possibilités intéressantes pour les éleveurs laitiers qui doivent s’adapter au contexte économique, structurel et social. En effet, les troupeaux s’agrandissent de plus en plus, les prix des matières premières fluctuent et les demandes sociétales croient. Alors comment l’élevage de précision peut-il répondre aux différents challenges que l’éleveur doit relever», note Clément Allain de l’Institut de l’élevage. L’élevage de précision représente l’utilisation à la fois d’identifiants électroniques sur les animaux et de capteurs qui vont mesurer des paramètres comportementaux, biologiques et zootechniques.Ces mesures sont ensuite transmises, des capteurs vers un serveur. Les données sont alors traitées avant d’être restituées à l’éleveur qui pourra par ses observations, prendre les décisions. Par élevage de précision, on entend également l’automatisation de tâches contraignantes, du type distribution de l’alimentation, traite…Ainsi, capteurs et automates peuvent offrir un gain de temps en permettant le management par l’exception – seul l’animal pour lequel une alerte est produite nécessite une surveillance - un allègement de la charge physique par l’automatisation des tâches astreignantes. Ils peuvent également combiner observation et monitoring – aide au diagnostic, sécurisation dans la prise de décisions et permettre la mesure de paramètres non observables par lœil humain (hormones, enzymes) pour une anticipation possible.

Lire la suite dans notre édition du 22 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6,7 %
Les surfaces régionales en oléagineux Progressent de 6,7 % par rapport à 2016-2017. D’après Agreste Nouvelle Aquitaine, qui a établi un premier bilan 2018, «Ce sont essentiellement les départements du nord de la région qui portent cette hausse : Vienne (+ 17, 5%), Deux-Sèvres (+ 8 %) et Charente-Maritime (+ 7,6 %).»

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui