L'Agriculteur Charentais 25 août 2016 à 08h00 | Par Sandra Novak et Jean-Claude Emile

Elevage : OasYs pour pâturer

Présentation d’OasYs, système laitier pour pâturer quels que soient les aléas climatiques, conçu par l’Inra de Lusignan (86).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Prairie multi-espèces avec de la chicorée et bientôt des arbres fourragers à pâturer aussi en été.
Prairie multi-espèces avec de la chicorée et bientôt des arbres fourragers à pâturer aussi en été. - © AC

La diminution des ressources en eau et en énergie fossile ainsi que le changement climatique sont deux grands défis auxquels l’élevage laitier va devoir faire face dans les années à venir.
Pour répondre à ces nouveaux enjeux, l’Inra de Lusignan (Vienne) a entièrement reconçu, avec l’aide de praticiens, professionnels et experts, un système laitier dénommé OasYs pour produire du lait avec peu d’intrants, quels que soient les aléas climatiques.
Le système laitier mis en place repose sur du pâturage tout au long de l’année, parce que c’est le mode d’alimentation le plus économe en eau et en énergie fossile, et le plus économique. Mais le pâturage est une pratique très dépendante des conditions climatiques. Pour pouvoir pâturer tout au long de l’année et quels que soient les aléas climatiques, nous avons diversifié à la fois les prairies et les cultures annuelles.

Lire la suite dans notre édition papier du 19 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui