L'Agriculteur Charentais 25 février 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Eleveurs salers : S’unir pour être plus forts

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après l’assemblée générale des éleveurs de Salers, visite de l’élevage en système «plein air» d’Hervé Puyjalon.
Après l’assemblée générale des éleveurs de Salers, visite de l’élevage en système «plein air» d’Hervé Puyjalon. - © AC

Après Tonnay-Charente en 2015, c’est dans les Deux-Sèvres, à Chiche que s’est déroulée l’assemblée générale de l’association des éleveurs Salers du Poitou-Charentes, à laquelle participaient environ 25 éleveurs. Dans son rapport moral, le président, Frédéric Girard a estimé que 2015 «a été bien malmenée, notamment pour les éleveurs» : prix accusant une forte baisse, la FCO qui a ralenti le commerce des animaux, diminution du pouvoir d’achat des ménages, la défiance du consommateur sur la viande. D’ailleurs, sur ce dernier point, le président a rappelé que la viande fait partie «des produits qui sont des plus naturels et encore plus en élevage allaitant où nos vaches profitent de l’herbe produite sur l’exploitation pendant plus de 8 mois sur 12 pour la majeure partie d’entre nous.» Pour lui, le consommateur a encore besoin d’être rassuré «quant à la gestion des élevages et à l’alimentation des animaux.» Il a préconisé d’ouvrir les exploitations au monde citadin : «démontrer que nous n’avons rien de pollueur mais plutôt un rôle d’entretien du paysage tout en produisant de la viande de qualité.» Face à cette sinistrose, Frédéric Girard, ne veut pas tomber dans le pessimisme.

Lire la suite dans notre édition papier du 19 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui