L'Agriculteur Charentais 31 août 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Elle, technicienne, Lui éleveur

Accompagner les mutations laitières, pour répondre à la qualité et au sanitaire, c’est son rôle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Que donnent toutes les directives, les conseils au niveau individuel ? Qui mieux qu’Élodie Porte, technicienne chez Terra Lacta, pour «raconter» ce travail. Chaque semaine, elle sillonne «son secteur», visitant les éleveurs pour «ajuster» la production, donner des conseils, envisager l’avenir. Point, qu’elle met en avant, après avoir pragmatiquement essayé les systèmes D. Souvent les problèmes sanitaires sont déclencheurs de ses interventions.
«Je vais à la demande chez les exploitants et nous nous sommes fixés deux visites par an dans chaque exploitation. Mais en fonction des problèmes techniques rencontrés, il nous arrive de venir plus souvent. Nous essayons d’intervenir pas seulement en pompiers, mais plus en apport de conseils.» Dans sa zone, Élodie Porte voit 165 producteurs bovins lait.  En visite chez Alain Metay, Élodie Porte vient compléter les «idées» sur l’ambiance des bâtiments, suite à un problème de cellules.

Lire la suite du portrait dans notre édition papier du 1er septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.