L'Agriculteur Charentais 09 juin 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Emploi : Des solutions pour trouver de la main-d’œuvre saisonnière

Recruter un saisonnier n’est pas si facile. Sauf à faire appel à des spécialistes et s’informer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une matinée très riche en informations pour trouver de la main d’oeuvre saisonnière .
Une matinée très riche en informations pour trouver de la main d’oeuvre saisonnière . - © AC

Trouver de la main-d’œuvre à un instant «T» n’est pas toujours facile. Nombreux sont les chef(fe)s d’exploitations ne sachant pas vers qui se tourner pour palier à ce besoin urgent. L’association Cap Projets Agricultrice d’aujourd’hui vient d’organiser une rencontre, jeudi 26 mai, à Matha, afin de donner quelques clés : «notre volonté est de répondre aux besoins d’information. Nous souhaitons être un relais.» Les intervenants ont ainsi présenté leur structure et peut-être aussi, lever une barrière. La singularité de cette matinée reposait sur des témoignages d’agriculteurs et d’agricultrices ayant fait appel à une des structures présentes. Des paroles d’hommes et de femmes qui ont eu un vif écho auprès de la vingtaine de personnes venue à leur rencontre. Il suffisait de voir à la fin de la matinée, les petits groupes formés ici et là : agriculteurs et agricultrices s’informant auprès des intervenants, demandant plus de renseignements.

Lire la suite dans notre édition papier du 3 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.