L'Agriculteur Charentais 22 août 2013 à 10h48 | Par MSA

EMPLOI - La réactivité d’AIDER 17 en réponse aux attentes

Pour la période de castration de maïs, AIDER 17 confirme son efficacité en apportant la réponse attendue face à la demande des professionnels agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chaque saisonnier a reçu des informations nécessaires avant l’entame du chantier.
Chaque saisonnier a reçu des informations nécessaires avant l’entame du chantier. - © MSA

Il n’est pas tout à fait 7h, la campagne angérienne s’éveille… Ce sont une quarantaine de femmes et d’hommes qui pressent le pas pour arriver au même lieu de rendez-vous. «C’est parti pour une matinée de travail dans ce champ. L’opération pour laquelle je les ai missionnés : la castration de maïs,  qui consiste à supprimer les panicules des plantes sur les rangs femelles. Elle doit avoir lieu avant l'émission du pollen de ces panicules», nous explique un céréalier et utilisateur des services du groupement d’employeurs AIDER 17. (voir encadré)«Une seule panicule oubliée sur un rang peut fournir jusqu'à 5 millions de grains de pollen qui risquent, par autofécondation, de donner des semences non conformes. C'est pourquoi, la castration doit être parfaite», ajoute cet exploitant agricole, membre de la coopérative Terre Atlantique.

Plus de 500 saisonniers
Par Aider 17, ce sont plus de 500 saisonniers qui ont été mis à disposition pour la castration de maïs et l’épuration de tournesol (dans les secteurs de l’Aunis et des Vals de Saintonge). En partenariat avec Pôle Emploi, les missions locales, les agences MSA ou encore en se référant au listing des inscrits de l’année antérieure, un recrutement a été opéré en amont de la saison. Le personnel retenu présente deux qualités essentielles : la volonté et la motivation. Pour certains d’entre eux (40 %), encore mineurs, c’est l’occasion de bénéficier d’une première expérience dans le monde du travail. Il est aussi appréciable de gagner de l’argent avant sa majorité, là ou d’autres emplois sont  conditionnés par un âge minimum de 18 ans. «C’est un travail qui demande d’être rigoureux mais l’ambiance y est bonne», constate Antoine. «Les pauses sont gérées par l’exploitant et impossible de ne pas y trouver son bonheur ! Café, brioche, bonbons, boissons chaudes, jus de fruits, c’est un objectif quand on aperçoit le bout du rang !», rajoute Victor. «Pendant les pauses, c’est l’occasion d’échanger sur le parcours de chacun», nous confie Marine, dont ses parents sont agriculteurs.

PANEL DE SERVICES
De plus en plus d’exploitants agricoles, ont des besoins de remplacements ou de surcroîts d’activité. A cet effet, AIDER 17 travaille, toute l’année, en rencontrant les professionnels agricoles et les demandeurs d’emplois. «C’est une relation privilégiée que nous entretenons en apportant notre expertise, nos conseils, notre soutien», explique Céline Renouleau, Responsable du Service de Remplacement et du Groupement d’employeurs. Jérôme Charrier, son président précise que «notre mission, c’est de procéder aux étapes de recrutement, de faire les déclarations d’embauche, les contrats de travail, les bulletins de paie et aussi d’apporter un conseil pour la partie législation.» Il ajoute que  «le salarié peut être mis à disposition de plusieurs utilisateurs.» En effet,  «le besoin n’est pas forcément le même d’une période à l’autre, on peut avoir des besoins pour la castration de maïs, comme c’est le cas en cette saison, mais aussi pour des congés maternité/paternité, des arrêts de travail. Pour ces deux dernières situations,  interviennent, alors, des salariés qui ont l’habitude de travailler en autonomie.». Ce dispositif d’accompagnement s’appuie sur une relation de confiance entre le remplacé et le remplaçant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui