L'Agriculteur Charentais 30 juillet 2015 à 08h00 | Par Isabelle Drouet

Emploi : La vigilance s’impose en cas de coup de main ou d’entraide

L’entraide et le coup de main bénévole sont des pratiques courantes dans le secteur agricole. Toutefois, leur contour n’est pas toujours bien appréhendé par les agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le coup de main doit répondre à une urgence.
Le coup de main doit répondre à une urgence. - © REUSSIR

L’entraide ne concerne que les agriculteurs entre eux. Elle se définit comme un échange gratuit de services. Elle doit être effectuée entre agriculteurs et les services rendus doivent avoir la même importance. Le service lui peut être rendu par l'agriculteur prestataire lui-même, ses salariés, ou les membres de sa famille (conjoint, aides familiaux, associés d'exploitation...).

Lire la suite dans notre édition du 31 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.